Imagerie médicale

Notre cabinet utilise les équipements les plus récents en matière de radiologie dentaire.

Tous nos appareils utilisent des techniques de radiologie numérisée afin de réduire les doses de rayonnements auxquels les patients sont exposés.

Nous avons également fait le choix d’un matériel de diagnostic utilisant la toute nouvelle technologie d’imagerie 3D à large champ. Cet équipement, qui peut aussi bien réaliser de simples radiographies panoramiques que des bilans avant chirurgie par coupes tomographiques de type scanner, évite aux patients de se déplacer pour des examens complémentaires et permet de disposer immédiatement d’informations de première importance lors de bilans ou de l’élaboration de plans de traitements.

Cet appareil offre une précision et une définition d’images jusqu’alors réservées aux scanners hospitaliers pour une exposition à des rayonnements considérablement réduite par rapport à ces derniers, à peine supérieure à une radiographie panoramique numérisée.
Notre cabinet travaillant selon une méthodologie d’approche globale, nous vous proposerons lors de votre premier rendez-vous un bilan complet pour lequel certains examens radiographiques pourront être réalisés.
N’oubliez pas d’apporter vos radiographies panoramiques récentes ( moins de deux ans) lors de ce premier rendez-vous pour éviter une redondance d’examens inutiles.
Pour Madame enfin, veillez à nous signaler toute grossesse débutante, suspectée ou souhaitée ( pour laquelle la contraception est interrompue).

Implantologie

Les implants dentaires sont devenus depuis quelques années, le traitement de référence lors du remplacement des dents absentes ou devant être extraites.

Les quantités d’informations considérables (et parfois contradictoires) sont disponibles sur le net.
Nous avons souhaité répondre simplement aux questions les plus fréquentes au travers de ce petit questionnaire:

1implant 1implant2Un implant dentaire est le plus généralement une « vis » d’environ 1cm de long par 4 mm de diamètre en alliage de titane qui à pour but de remplacer la racine d’une dent absente. Cette « vis » est placée dans le tissus osseux du maxillaire lors d’une petite chirurgie réalisée sous anesthésie locale. Un temps de cicatrisation est nécessaire entre la chirurgie et la réalisation de la prothèse. La prothèse (une couronne en céramique le plus souvent) sera fixée aux implants grâce à un système de connexion qui existe à l’intérieur de chaque implant. La prothèse pourra être vissée dans l’implant ou scellée comme une couronne conventionnelle.
1implant3Il y a bien moins de contre-indications qu’on ne le pense à la réalisation d’un traitement par implants.
L’ostéoporose, les antécédents d’infarctus, l’hypertension ou un diabète bien compensé ne sont absolument pas des raisons de renoncer à la pose d’implants. Il n’y a pas non plus de limite d’âge et il n’est pas rare d’opérer des patients de plus de 90 ans qui ne peuvent se résoudre à porter un appareil dentaire.
Le Tabac, enfin, bien que déconseillé parce qu’il est un retardateur de cicatrisation, n’est pas une contre-indication absolue. Il augmente sensiblement les taux d’échec des traitements sans pour autant constituer une raison impérative de s’abstenir. Le patient fumeur est informé des risques de complications (modérées) qu’il encoure.
1implant4Les implants dentaires permettent d’éviter les prothèses amovibles (appareils dentaires ou « dentiers » ) instables et invalidantes.

Ils évitent aussi de devoir s’appuyer sur d’autres dents souvent saines pour réaliser des bridges , dents qui étaient parfois auparavant dévitalisées puis mutilées afin de servir de « pilier » à la prothèse fixe.

1implant5Il y a différents « temps » dans un traitement par implant.
Il y a tout d’abord un délai entre l’extraction de la dent qui va être remplacée et la pose de l’implant (si la dent n’a pas été préalablement retirée) et ce délai peut être compris entre quelques minutes dans les cas les plus favorables à deux mois voire plus en cas d’infection de la dent extraite.
Il y ensuite le deuxième temps qui est celui de la cicatrisation de l’os entre la pose de l’implant et celle de la prothèse. La réaction de l’os autour de l’implant ressemble en de nombreux points au processus de réparation après une fracture et ce « temps » est habituellement compris entre deux et quatre mois.
Il existe toutefois une exception à cette règle, c’est ce que l’on appelle la « mise en charge immédiate » ou pose d’une prothèse provisoire ou définitive dans les heures ou les jours qui suivent la mise en place de l’implant.
Mais cette technique n’est pas possible dans tous les cas et elle reservée à des indications précises.
Il y a enfin le délai de fabrication de la prothèse qui peut être de quelques jours à plus de trois semaines selon l’importance de la prothèse.
1implant6La pose d’un implant est un acte totalement indolore
L’anesthésie locale réalisée par votre praticien permet d’ insensibiliser complètement la zone opératoire.
Après l’intervention, les douleurs sont d’un niveau faible à modéré dans la majorité des cas.
De nouvelles techniques chirurgicales dites « sans lambeau » permettent de parvenir à un niveau de douleur post-opératoire quasi nul mais elles sont réservées aux cas favorables pour lesquels les dimensions de l’os sont adaptées en hauteur et en largeur. La chirurgie s’y déroule sans incision, sans sutures et (presque) sans suites opératoires.
1implant7Les actes chirurgicaux réalisés sous anesthésie locale sont une source fréquente d’appréhension de la part des patients. La peur de la douleur, d’entendre ou de voir , ainsi que certaines phobies par nature non maitrisables peuvent dissuader des patients d’avoir recours aux implants.
Il existe aujourd’hui une large palette de techniques et de prescriptions qui permettent de réduire ou de supprimer toute inquiétude. Votre chirurgien peut vous proposer de prendre certains traitements dans les heures qui précédent la chirurgie.
Dans les cas les plus extrêmes de peurs incontrôlées il est aussi possible d’avoir recours à un médecin anesthésiste qui réalisera une légère sédation (endormissement).
Mais en pratique, une prémédication adaptée suffit dans la plupart des cas à relaxer les plus angoissés. Il est simplement obligatoire de se faire accompagner et de ne pas prendre le volant en sortant.
Il n’est pas rare que des patients oublient, grâce à ces techniques, jusqu’au déroulement même de l’intervention.
1implant8La pose d’un implant met en œuvre des processus qui s’apparentent à la cicatrisation d’une fracture.
Il est possible, dans un nombre de cas qui est inférieur à 1%, que l’implant soit mal immobilisé pendant ou après la chirurgie. L’implant devient par la suite légèrement mobile et n’est douloureux que si on le sollicite. C’est ainsi que se déroule l’échec d’une chirurgie implantaire ou « rejet » de l’implant qui est un terme impropre puisque cette complication ne ressemble en aucune manière au rejet d’un organe après une greffe.
L’échec survient dans la majorité des cas dans les premières semaines qui suivent la chirurgie et avant la réalisation de la prothèse. Votre chirurgien procédera alors à la dépose de l’implant défaillant, toujours sous anesthésie locale et sans difficultés puisque l’implant est mobile. Un échec est toujours sans conséquences lorsque la décision de dépose est prise rapidement. Il faudra ensuite attendre un délai de deux mois avant de procéder à la pose d’un nouvel implant, au même endroit.
1implant91 1implant92De par son principe qui consiste à remplacer les dents manquantes par des racines artificielles, la prothèse élaborée sur implant se rapproche tellement de l’esthétique des dents naturelles qu’il est impossible de la détecter pour un non-spécialiste dans la plupart des cas.
1implant10La pose de un ou de plusieurs implants n’exige plus d’examens préliminaires contraignants.
Une simple radiographie panoramique numérisée complétée éventuellement par une petite radiographie dite « rétro-alvéolaire » est suffisante dans la plupart de cas.
Notre cabinet est équipé d’un appareil de radiologie dit 3D de dernière génération qui permet l’acquisition d’images d’une précision supérieure aux meilleurs scanners hospitaliers.
Un bilan de coagulation peut être exceptionnellement demandé.

Protocoles de stérilisation

La sécurité des patients est notre premier objectif pour lequel nous suivons différents protocoles mettant en œuvre des équipements aux normes hospitalières.
On distingue plusieurs approches lors des procédures de décontamination et de stérilisation.

  • sterilsation1Les matériels jetables tout d’abord qui représentent une part importantes des objets avec lesquels un patient est en contact. Ils sont immédiatement jetés après chaque séance et destinés à être détruits.
    Ce sont les gants, les serviettes, les gobelets les compresses, les champs en papier, canules d’aspiration ou aiguilles pour ne citer que les plus importants. Mais ne nombreux autres dispositifs sont systématiquement détruits après chaque soin ou acte chirurgical.
    Nous apportons un soin particulier à les isoler et à éviter tout risque de contamination ultérieur pour le personnel du cabinet ou des services d’entretien.

 

  • Certains matériels, métalliques principalement, utilisés pour les soins ou pour la chirurgie, vont suivre un parcours de décontamination imposé aux cabinets dentaires comme aux blocs opératoires des hôpitaux. Les matériels subissent des procédures de trempage dans des produits virucides et bactéricides, puis un passage dans des ultrasons avant d’être rincés, séchés puis mis sous sachet pour être finalement stérilisés dans un autoclave utilisant de la vapeur d’eau sous pression. Cet autoclave dispose d’une mémoire informatique lui permettant de stocker les informations relatives à chaque cycle de stérilisation dans le but d’assurer une traçabilité optimale.

Bac à ultrason

Sécheur

Sachet

Autoclave

  • sterilisation2 sterilisation3 Les surfaces potentiellement contaminées des zones de soins ( plan de travail, assise du fauteuil par exemple) sont imprégnées d’un principe actif extrêmement puissant , actif sur les virus, bactéries ou spores en quelques minutes seulement.

 

  • Les instruments rotatifs ( turbines et pièces à main) sont décontaminées après chaque utilisation par un appareillage spécifique puis autoclavés.rotative

 

  • Le fauteuil dentaire sur lequel vous vous installez dispose de programmes de décontamination chimique automatique de toutes les canalisations, tubulures , etc. après chaque soin ou chirurgie.

 

  • L’ensemble de la salle enfin est décontaminé par pulvérisation quotidienne d’un principe actif sous forme d’aérosol à très fines particules afin d’assurer une asepsie parfaite des salles de soin , y compris dans les endroits les plus inaccessibles.

     pulverisation

Horaire

Lundi 09h00 -17h30
Mardi 09h00 -17h30
Mercredi 08h30 -12h30
Jeudi 09h00 -17h30
Vendredi 09h00 -17h30

TEL.

00 33 4 93 78 17 35

Adresse

Immeuble « La Tosca »
3, rue du marché
06240 Beausoleil.